Une mystérieuse crypte au Quartier Latin
28 janvier 2020 | Alain Garabiol | Lire | Critique | Histoire | Patrimoine |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Un livre récent relate l’histoire peu connue de la crypte Notre-Dame-des-Champs, le plus ancien sanctuaire parisien.

Envoyé par le Pape, Saint-Denis, au milieu du 3è siècle, se rendit à Lutèce pour évangéliser. A l’intérieur du faubourg Saint-Jacques, il s’installa dans une excavation souterraine d’une carrière abandonnée et y rassembla quelques fidèles : ce fut le lieu de réunion des premiers Chrétiens de Lutèce.

Josette Kupperschmitt se passionne depuis longtemps pour cette crypte oubliée qui se trouve sous un immeuble de la rue Pierre Nicole, dans le 5ème arrondissement de Paris. C’est pour faire connaitre l’histoire mouvementée de ce lieu qu’elle a écrit un livre qui l’a amenée à faire une longue recherche.

Quelle est la part de légende, la part de réalité ? En tout cas, ce lieu a gardé, au fil du siècle, la mémoire de Saint-Denis, premier évêque de Paris, mort en martyre. C’est Sainte Geneviève qui développe le culte de celui-ci au 5ème siècle. Dès lors, la crypte a été un lieu de procession des Chrétiens, ce qui explique pourquoi une église mérovingienne, nommée Notre-Dame des Champs, a été construite sur cet emplacement.

En 1085, cette église est remise au monastère de Marmoutier (située près de Tours) qui établit un prieuré avec des moines bénédictins.

Au début du 13ème siècle, en 1220, la crypte de l’église accueille, à sa mort, la dépouille d’un ami de Saint Dominique, le frère Réginald qui passe pour avoir été guéri, à Rome, par la Vierge. Cette réputation fait de lui un intermédiaire privilégié pour la guérison des enfants pris de fièvre. Notre-Dame-des-Champs devient ainsi un sanctuaire où s’ajoute, au souvenir de Saint-Denis, la présence d’un personnage qui sera vénéré plusieurs siècles, jusqu’aux guerres de religions.

Au début du 17 ème siècle, les Carmélites remplacent les moines bénédictins. L’une d’elles sera la duchesse de la Vallière, l’ancienne favorite de Louis XIV entrée au couvent après sa disgrâce En 1627, elles entreprennent la restauration de la crypte.

LA CRYPTE DETRUITE PUIS RECONSTRUITE

Mais, en 1792, le lieu n’échappe pas à la violence des Révolutionnaires : il est démoli et le cimetière profané. Si le monastère est reconstruit en 1855, la crypte endommagée reste abandonnée jusqu’en 1895 : elle est alors reconstruite, à l’initiative des Carmélites, mais plus petite qu’à l’origine ; pour célébrer cette renaissance, l’archevêque de Paris y célèbre en 1896 une messe, en présence de 200 personnes.

Malheureusement pour les Carmélites, la loi de 1901 signifie la dissolution de leur congrégation, car elle n’est pas affectée à une oeuvre d’assistance ou d’hospitalisation ; elles quittent le monastère qui sera occupé de 1925 à 1958 par les Editions Nelson. Celles-ci prennent soin de la crypte. Le promoteur qui construit un immeuble sur l’emplacement du monastère ne touche pas à celle-ci, toujours à son emplacement d’origine depuis Saint-Denis ! A noter aussi que subsiste l’escalier, créé par les Bénédictins, qui reliait le monastère à la crypte...

Et que voit-on dans la crypte ? la description faite dans le livre est précise, il y a notamment des écrits sur les plaques murales, des autels, dont celui consacré à Réginald, le mieux conservé ; sur celui-ci se trouvent trois statues, celle de la Vierge Marie, celle de Saint-Denis et la dernière qui représente peut-être Saint-Paul.

Josette Kupperschmitt, par ailleurs présidente de l’Association pour la sauvegarde de la crypte de Notre-Dame des Champs, fournit dans des annexes des documents passionnants, comme différents plans de Paris à travers les siècles, où apparait toujours Notre-Dame -des Champs (qui n’a pas de rapport avec l’église parisienne contemporaine qui porte le même nom), et la liste de personnages célèbres qui sont venus se recueillir dans la crypte : parmi eux, Bossuet, Ignace de Loyola, Saint-François de Sales. On apprend aussi que les rois qui mouraient hors de Paris, comme François Ier, étaient emmenés dans cette église avant d’être transportés le lendemain à la Basilique Saint-Denis. Et on fait aussi dans cet ouvrage bien d’autres découvertes...

- "De la crypte de Saint-Denis, dite Notre-Dame des Champs, au Carmel du faubourg Saint-Jacques" , de Josette Kupperschmitt, Edition L’Harmattan



JPEG - 19.5 ko

Des bénévoles de l’association Home Cinema essaient de sauver le cinéma

JPEG - 33.5 ko

Pour une nouvelle attention aux activités culturelles présentes au Quartier Latin

JPEG - 28.9 ko

Nous relayons une pétition pour soutenir ces activités essentielles

JPEG - 82.8 ko

C’est le résultat d’un sondage "Yougov". Les magasins de jouets ou les fleuristes n’ont pas le même succès. (source Huffington Post)

JPEG - 37.8 ko

Quel avenir pour la librairie Gibert Jeune ?