Sherlock junior
3 février 2020 | Alain Garabiol | Voir | Cinéma |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Le film de Buster Keaton restauré, est à l’affiche : une occasion de redécouvrir ce grand réalisateur du muet

Un jeune projectionniste, amoureux de la fille de son patron, rêve de devenir détective. Peu après, au cours d’une visite chez sa petite amie, il est injustement accusé du vol d’une montre - en fait, c’est son rival qui est le coupable. Il retrouve son travail de projectionniste, s’endort et rêve. Son double s’approche de l’écran et entre dans l’image. Le projectionniste devient Sherlock junior, "le plus grand détective du monde". Plein de péripéties suivent, notamment une folle poursuite de bandits qui ont enlevé sa fiancée alors que lui-même est assis sur le guidon d’une moto sans conducteur... Et, on s’en doute, l’histoire se termine bien.

Ce film de 1924 mêle l’onirisme au burlesque, il est le plus court (42 minutes) et peut-être le plus poétique des longs métrages de Buster Keaton, "’homme qui ne rit jamais". Ce grand réalisateur s’est lancé dans le cinéma en 1917, et s’est spécialisé dans la comédie burlesque. Il joue dans chacun de ses films un personnage d’un homme dépassé par ses problèmes.

"Sherlock junior"est précédé d’un court-métrage de 23 minutes-"Malec l’insaisissble." Avant de se lancer dans des longs métrages ambitieux, Buster Keaton a réalisé des courts-métrages, comme ce film dont l’histoire est simple - un jeune homme tente d’échapper à trois policiers qui le prennent à tort pour un malfaiteur-mais dont le rythme est haletant et à l’humour toujours présent.

Buster Keaton n’a plus eu de succès à l’avènement du cinéma parlant. Ill faut revoir ses films muets, pleins de trouvailles, de suspense, de rythme, de burlesque : ce sont des moments de bonheur. Le cinéma Grand Action a déjà projeté "Les lois de l’hospitalité", "La croisière du Navigator", "Le dernier round" , des oeuvres qui ont bénéficié d’une restauration numérique - le résultat est proche de celui des premières projections d’il y a un siècle ! A noter aussi l’excellente traduction des sous-titres réalisée par Nicole Medjeveski.

Source image : Photo ajoutée le 3 décembre 2019 |Copyright Splendor Films (Allociné)



JPEG - 86.3 ko

Ouverture d’une librairie pour personnes malvoyantes et potentielle vente de l’hôtel Scipion, la gentrification au Quartier Latin suit son cours... brève revue de presse...

JPEG - 34.7 ko

Une librairie du quartier latin engagée et différente

JPEG - 56.3 ko

Nous relayons un article de Paris Zig Zag au sujet de la librairie "La Rose de Java" qui vit une situation très difficile

JPEG - 23.6 ko

Nombreux sont les artistes et les professionnels de la culture qui se mobilisent afin de montrer que la culture, secteur immobilisé depuis un an, n’est pas seulement une "option" mais un bien commun vital et précieux

JPEG - 88.2 ko

Exposition des photos réalisées par Hélène Roger-Viollet, la fondatrice de la célèbre agence de presse qui porte son nom.

JPEG - 178.8 ko

"Biocoop, le retour à la terre" a eu l’idée de donner l’historique de l’immeuble qu’il occupe, 1 rue le Goff – 12 rue Malebranche, 75005 Paris. Et cette histoire concerne au premier chef celle des principaux commerces culturels du quartier latin. A lire donc.