"Une Allégresse"
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Premiers rayons au Quartier Latin par Philippe Delerm

« Il y avait quelque chose dans l’air ce matin-là. Ça ne s’explique pas. Ça vient deux fois par an, peut-être, au début du printemps souvent, et quelquefois à la fin de l’automne. Le ciel d’avril était léger, un peu laiteux, rien d’extraordianire. Les marronniers ne déployaient qu’avec parcimonie leurs premières feuilles sucrées. Mais elle l’avait senti dès les premiers pas sur le trottoir, avant même d’enfourcher sa bicyclette. Une allégresse. Pas le jaillissement de la joie, pas le battement de cœur toujours un peu anxieux du bonheur. D’ailleurs, ça ne venait pas d’elle. Les kiosques à journaux, les bus, les bancs, et même l’éclat presque framboise du feu à l’angle du Boul’Mich : tout vibrait d’une satisfaction légère, la rumeur du trafic swinguait comme une chanson de Trenet. »

Philippe Delerm, Paris l’instant et photos de Martine Delerm, Fayard, 2002.

© C’est le Boul’Mich’ ! - carte postale ancienne, 1904.



JPEG - 105.4 ko

La nouvelle carte des cinémas indépendants parisiens.

JPEG - 260.5 ko

La librairie l’Oeil écoute lance une grande souscription publique. Participez à la sauvegarde d’une des grandes librairies du Montparnasse.

JPEG - 143.9 ko

Les planches contact de Paris-Match à la galerie Argentic

La comédienne Michèle Boidin "joue" ses poèmes

Prochaine séance du CQL : Les convulsionnaires de Saint Médard - 18 décembre 2017