Prévert au théâtre de l’Ile Saint-Louis
21 novembre 2017 | Alain Garabiol | Portrait | Théâtre | Critique | Voir |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Reprise en Octobre !

Une femme élégante, un grand chapeau légèrement penché, monte lentement les marches menant à la scène, elle se tourne vers le public et dit doucement, semblant s’adresser à chaque spectateur : "Dans ma maison, vous viendrez"... Michèle Boidin "joue" un poème de Prévert ; elle incarne dans ce spectacle différents personnages en changeant de registre, passant du tragique au comique, modulant sa voix, avec une gestuelle remarquable.

"Volets ouverts, volets fermés", "Il faut passer le temps", "Le désespoir est assis sur un banc" sont quelques uns des douze poèmes qu’elle a choisis d’interpréter. Les mots simples de Jacques Prévert, son langage familier, ses jeux sur les mots, ses poèmes graves, légers, fantaisistes, insolites sont mis en valeur avec beaucoup de finesse.

Michèle Boidin se déplace lentement sur scène, se mettant parfois à des endroits inattendus, laisse s’installer des silences, parfois rompus par quelques notes de musique. Loin d’être une lecture de textes, ce spectacle est réellement théâtral. La qualité de la mise en scène de Nathalie Melik est à souligner.

Une heure intense dans un lieu mystérieux et secret, le théâtre de l’île Saint-Louis, une des plus petites salles de spectacle de Paris (50 places) au bord de la Seine. Un théâtre que l’on découvre, une fois franchi le porche, au bout d’un chemin pavé, égayé par des plantes.

C’est là que la magie du verbe de Prévert opère, grâce à une comédienne talentueuse...

JPEG - 16.1 ko

* Prochains spectacles "Jacques Prévert avec Michèle Boidin", théâtre de l’île Saint-Louis-Paul Rey, Vendredi 5 octobre et Samedi 20 octobre à 18h30 et les mercredis 24 et 31 octobre 2018 à 21h

39 quai d’Anjou, Paris 4ème. Réservation : 01 46 33 48 65. contact@theatre-ilesaintlouis.com



JPEG - 51.7 ko

« Sorcières », revue littéraire, artistique et féministe parue en 1975. Premier numéro : la nourriture

JPEG - 20.8 ko

Cette pièce de théâtre, jouée au théâtre de la Contrescarpe, retrace le destin singulier de l’écrivain mort en 1914.

JPEG - 149.8 ko

Créée en 2007, la petite maison d’édition TriArtis, située dans le Quartier latin, vient de publier l’œuvre poétique d’Edmond Rostand.