Plumes russes en toute nature
2 février 2016 | Anne de Buridan | Lire | Festival | Littérature |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Partez à la rencontre des littératures russophones lors des 7e Journées du Livre russe et des littératures russophones.


Bien sûr, il y eu Pouchkine. Bien sûr, il y eut aussi Tolstoï, Dostoïevski, Bounine, Tourguéniev, Tchekhov, Leskov...et tous les autres. La littérature russe est aussi vaste que le pays est grand. Mais surtout, elle est toujours aussi vivante.

Vous aimez les grands espaces et la littérature, les grands espaces dans la littérature ! Vendredi 5 et samedi 6 février prochain, participez au 7e journées du Livre russe et des littératures russophones à la Mairie du 5e arrondissement.

Cette année, il s’agit de partir à la campagne, ou plutôt, en province. De s’enfoncer dans l’immensité des territoires. De suivre les pas des anciens, de ceux qui sont devenus Classiques et qui ont, en leur temps, célébré et écrit, à la leur manière, la grandeur du pays et certaines petitesses de la province. Comment Tchekhov regardait-il le monde paysan ? Comment Valentin Raspoutine devint-il le chantre de la Sibérie ? Et comment la diversité des peuples qui parcourent et vivent dans les immensités russes s’est-elle inscrite dans les textes de Nicolaï Leskov ?

Ces journées partent aussi très loin, loin de la Russie classique, à la rencontre des écrivains et des littératures des peuples sibériens contemporains. Là où l’oralité est toujours la première des littératures ; où la nature est si présente, qu’elle est omniprésente ; où les liens entre l’Homme et son environnement sont si forts qu’ils imprègnent nécessairement les écrivains. Mais si cette intimité peut se dire et s’écrire dans les langues locales, finno-ougriennes, elle pose problème : comment la traduire ?

Les écrivains sibériens ne sont pas les seuls à interroger et à écrire la nature en Russie. Comme leurs ainés, beaucoup d’écrivains russes de la jeune génération sont dans ce cas. Mikhaïl Tarkovski, par exemple, nous emmènera au pays des arbres courts : la Taïga. Qu’est ce qu’être écrivain dans l’immensité de ces hautes latitudes ?

En Russie comme ailleurs, la modernité est agressive. Les problèmes environnementaux sont là, criants. La Nature doit-elle être défendue ? Les Russes sont urbanisés et la ville encage l’individu entre des murs de béton. La Nature s’offre-t-elle alors comme un refuge ?

Autant de questions qui travaillent et alimentent la littérature russe contemporaine et que vous pourrez découvrir, entre autres, lors de ces 7e Journées du Livre russe.

PDF - 3.5 Mo

Pour un panorama complet, téléchargez le guide ci-dessus.

Pour aller plus loin, vous pouvez suivre le projet des Éditions du Samovar des jeunes éditeurs de la Sorbonne et leur projet sur le Transsibérien dont on fête le centenaire en 2016.

7e Journées du Livre Russe et des Littératures Russophones - Vendredi 5 et samedi 6 février 2016 - Mairie du 5e arrondissement, 21 place du Panthéon, 75005 Paris.

Illustration : Documentaire de Sylvain Tesson sur son expérience de vie isolée en Sibérie.



JPEG - 151.2 ko

Amoureuses des livres et de la littérature ! Passionnés d’histoire et de philosophie ! Le Quartier latin fête le livre.

JPEG - 213.9 ko

Le célèbre Stabat Mater de Pergolèse sera donné à Saint-Séverin, le 9 juin 2017, par de jeunes talents de la musique baroque.

JPEG - 63.8 ko

Pour sa 35e édition, le Marché de la poésie vous donne rendez-vous place Saint Sulpice.

JPEG - 248.4 ko

Compte-rendu de la table ronde organisée à la Mairie du Ve pendant le festival Quartier du Livre.

JPEG - 186.3 ko

Une rencontre autour de l’autrice et peintre suisse, Sylvie Dubal à l’occasion de la diffusion du film qui a été réalisé par Marcel Grodwohl.