Pierre Adrian sur la piste de Pasolini
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Le 26 janvier 2016, Pierre Adrian a reçu le Prix littéraire des Deux Magots, célèbre café du 6e arrondissement.


Ce jeune écrivain de 23 ans a reçu le prix pour son premier livre : La Piste Pasolini, paru aux Éditions des Équateurs. Sorti en librairie à l’automne 2015, il avait déjà été nominé pour le Prix Renaudot, avant d’obtenir un des premiers prix de la rentrée littéraire de janvier. Il succède à Serge Joncour pour Écrivain national (Flammarion) et reçoit la somme de 7 700€ en plus de la renommée à laquelle ce prix lui permet d’accéder.

Dans ce récit de près de deux cents pages, ce jeune étudiant parisien raconte le voyage qu’il a fait au début de l’année 2015 sur les traces d’un homme qui le fascine et le passionne : Pier Paolo Pasolini. Cette grande figure italienne ne peut être résumée par un seul mot tant ses talents étaient multiples : écrivain, poète, scénariste, réalisateur… et icône. En effet, son assassinat, perpétré dans la nuit du 1er au 2 novembre 1975 dans des circonstances encore mystérieuses, l’a élevé au rang des hommes et des femmes qui fascinent autant de leur vivant que plusieurs décennies après leur mort.

Étudiant en journalisme, Pierre Adrian a poussé son enquête sur Pasolini et son œuvre jusqu’aux régions d’Italie qui l’ont vu mourir et vivre. Dans l’ordre, la plage d’Ostie, où le corps sans vie du poète fut retrouvé en novembre 1975, la région du Frioul, où le jeune Pasolini grandit, avec Trevise, puis Venise, Rome, où sa légende est née. Le jeune écrivain souhaitait se rapprocher de lui en visitant les endroits où il a vécu, en rencontrant les gens qui l’ont connu. C’est ce que l’on appelle de l’investigation de terrain.

De cette enquête en solitaire avec pour seul bagage la connaissance précise de l’œuvre de l’auteur de Théorème, Pierre Adrian revient avec un premier livre d’une qualité littéraire certaine. Une écriture personnelle, jeune et accessible, introspective et curieuse. Son récit se dévore en quelques jours, on avale les pages comme l’écrivain les kilomètres italiens et l’on espère qu’une chose : qu’il ait trouvé ce qu’il cherchait et que sa carrière d’écrivain ne fasse que commencer.

L’Écume des pages, 174 Bd St Germain, 75006 Paris

La Piste Pasolini de Pierre Adrian, Éditions des Équateurs, 14€.

Disponible à la librairie l’Écume des Pages, 174 boulevard Saint Germain, 75006 Paris



JPEG - 51.7 ko

« Sorcières », revue littéraire, artistique et féministe parue en 1975. Premier numéro : la nourriture

JPEG - 67.5 ko

Créée en 2007, la petite maison d’édition TriArtis, située dans le Quartier latin, vient de publier l’œuvre poétique d’Edmond Rostand.

JPEG - 30.7 ko

Merveilleux récital des poèmes d’Edmond Rostand, organisé par le Comité Quartier Latin, donné le 19 novembre par le comédien Jacques Mougenot au théâtre Mouffetard devant un nombreux public.

JPEG - 74.7 ko

Un éditeur du haut de son 47è étage de la Tour Montparnasse regarde un éditeur qui œuvre au premier étage d’une librairie au bout de la rue Malebranche à deux pas de la Sorbonne.

JPEG - 58.3 ko

Clemenceau au Panthéon... pour une exposition.

JPEG - 62.3 ko

Un berger, deux perchés à l’Elysée, documentaire désopilant sur un candidat provincial à l’élection présidentielle française de 2017. Avec deux années de retard, sur fond de gilets jaunes et non plus d’élection présidentielle.