"Immanence" Deux artistes cubains
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Deux artistes émergents de la scène cubaine vous donnent rendez à la galerie Achilléa.

À partir du 28 septembre au 5 octobre la galerie Achilléa vous invite à découvrir deux artistes émergents de la scène cubaine : Linet Sanchez Gutiérrez et Nelson Jalil.


Finissage : jeudi 5 octobre de 15h à 21h.


La première est photographe, le second peintre. Mais ils se retrouvent dans l’emploi de la simplicité apparente et du minimalisme de leurs œuvres.

Linet Sanchez Gutiérrez travaille beaucoup sur la mémoire et plus particulièrement celle de ses rêves qu’elle retranscrit dans des photos évanescentes : des univers blancs, vides, silencieux. On entre dans ses photographies comme dans une maison inhabitée depuis des lustres, mais vide et laissée imaculée, les volets mi-clos, à l’écoute des souvenirs qui lentement flottent dans la demi-pénombre. On se souvient, on imagine. La mémoire est fugace, joueuse et menteuse. Elle prend ici pour remettre là. Mélange les couleurs. Ces souvenirs, sont-ils réels ou imaginaires ?

Linet Sanchez Gutiérrez travaille à partir de maquettes. Ce sont ses lieux de mémoire à elle. Mais comme il y a toujours une forme d’universalité dans l’hyperlocal, dans l’intime le plus profond, on s’y retrouve, finalement, en terrain connu. Ou plutôt, notre mémoire et notre imagination y trouvent des espaces de jeux.

Nelson Jalil travaille, lui, avec la simplicité du quotidien. Les objets qui l’entourent : quelques crayons attachés ensembles, des chaussettes sur un ventilateur. Des choses simples et sans grandeurs apparentes mais qui, à travers sa peinture, révèlent tout leur caractère poétique. Le travaille de l’artiste consiste à "donner à voir", à mettre le projecteur sur ce qui n’est habituellement pas perçu, vu mais non regardé. C’est ce que parvient à faire Nelson Jalil avec un sensibilité picturale qui se rapproche de celle de Francis Ponge et de son "parti pris des choses".

Ce travail est mené avec un humour fin et décalé qui se retrouve dans les titres qu’il donne à ses œuvres. "eurocentric", "mille notes prises au hasard", "cours pour les entrepreneurs", "exercices pour débutants", etc.



JPEG - 51.7 ko

« Sorcières », revue littéraire, artistique et féministe parue en 1975. Premier numéro : la nourriture

JPEG - 20.8 ko

Cette pièce de théâtre, jouée au théâtre de la Contrescarpe, retrace le destin singulier de l’écrivain mort en 1914.

JPEG - 30.7 ko

Créée en 2007, la petite maison d’édition TriArtis, située dans le Quartier latin, vient de publier l’œuvre poétique d’Edmond Rostand.