Les délices de Tokyo
6 février 2016 | Claire Aubier | Voir | Critique | Cinéma | Asie |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Une leçon de sagesse…

Un risque a été pris dans la traduction française du titre : que l’on se fasse une fausse idée. Car ces délices de Tokyo là ne rappellent en rien le petit restaurant japonais que tous les citadins sont susceptibles de trouver en bas de chez eux.

En lieu et place d’un restaurant, c’est une petite cahute où le héros prépare des dorayakis (une pâtisserie japonaise populaire) qui fait office de point de chute à tous les personnages. Alors qu’il ne les aime même pas, Sentaro les fabrique au compte goutte et les vend aux quelques collégiennes qui passent par là en sortant de cours. Son quotidien est chamboulé le jour où Tokue, une femme de 70 ans, vient le trouver pour travailler avec lui. Sentaro refuse naturellement, mais elle insiste et il finit par céder. C’est là que le conte commence, avec toute la poésie et la délicatesse dont sait si bien faire preuve le cinéma japonais.

La rencontre improbable entre des personnages que tout oppose se déroule sous nos yeux, ils s’apprivoisent petit à petit et les mystères se lèvent sans mot dire. Si Tokue est si apaisée et émerveillée, c’est parce que la vie lui a déjà infligé le pire. Cette découverte prend tout son sens dans les yeux de Sentaro : alors qu’il pense ne pas avoir d’issue à l’impasse dans laquelle il se trouve, sa vision du monde s’ouvre. Le mieux à faire n’est-il pas de savourer chaque instant de joie qui nous est réservé ?

La fabrique de dorayakis n’est en fait qu’un prétexte. Le vrai sujet du film, c’est apprendre à apprécier la vie, la nature. La réalisatrice Naomi Kawase parvient d’ailleurs à la sublimer grâce à l’omniprésence de magnifiques cerisiers en fleurs. Le message passe avec beaucoup d’émotion, cependant le rythme lent du film peut déplaire à certains. Les délices de Tokyo a été présenté dans la catégorie "Un autre regard" au festival de Cannes 2015. Celui de la sagesse ?

Nouvel Odéon, 6 rue de l’École de Médecine, 75005 Paris

Les Délices de Tokyo, un film de Naomi Kawase avec Kirin Kiki, Masatoshi Nagase, Kyara Uchida...
Images © Haut et Court



JPEG - 114.8 ko

Le 14 mars 2014, les cinémas d’art et d’essai du Quartier Latin se retrouvaient autour d’Agnès Varda au Studio des Ursulines.

JPEG - 38.5 ko

Une entrée très discrète, mais, au sous-sol, une véritable caverne d’Ali-Baba : visite de Mundolingua, le musée des langues, du langage et de la linguistique.

JPEG - 39.3 ko

Seul cinéma du quartier Mouffetard, "l’Epée de bois" est parvenu à rester indépendant.

JPEG - 76.2 ko

Ne ratez pas le festival des promenades scientifiques du 9 au 30 juin, parrainé par Axel Kahn, qui réalisera une conférence le 6 juin 2019

JPEG - 40.8 ko

Une exposition, à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, retrace l’histoire du cinéma comique en France et aux Etats-Unis, avant 1925.