Les chevaux de Prezwalski ont besoin de vous !
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Découvrez les chevaux de Prezwaslki et leur fabrique à rénover avec Gérard Dousseau.

Un grand entretien avec Gérard Dousseau, chef soigneur de la Ménagerie du Jardin des plantes, autour des chevaux de Prezwalski.


Les chevaux de Prezwalski sont les derniers chevaux sauvages, indomptés. Ils ont été sauvés de l’extinction puis réintroduit dans la nature : ils vivent désormais à l’état sauvage en Mongolie. Cela n’aurait pas été possible sans le travail de longue haleine des zoos et notamment de la Ménagerie du Jardin de Plantes.

Aujourd’hui, l’enclos des chevaux de Prezwalski a besoin d’une restauration. La Fondation du patrimoine et le Museum National d’Histoire Naturel lance une grande souscription publique pour remettre en état les Fabriques, ces maisonnettes qui abritent les chevaux à l’année.

Pour aider à cette restauration et donner un nouveau toit de chaume au chevaux de Prezwalski, cliquez ici



JPEG - 51.7 ko

« Sorcières », revue littéraire, artistique et féministe parue en 1975. Premier numéro : la nourriture

JPEG - 140.2 ko

Créée en 2007, la petite maison d’édition TriArtis, située dans le Quartier latin, vient de publier l’œuvre poétique d’Edmond Rostand.

JPEG - 30.7 ko

Merveilleux récital des poèmes d’Edmond Rostand, organisé par le Comité Quartier Latin, donné le 19 novembre par le comédien Jacques Mougenot au théâtre Mouffetard devant un nombreux public.

JPEG - 74.7 ko

Un éditeur du haut de son 47è étage de la Tour Montparnasse regarde un éditeur qui œuvre au premier étage d’une librairie au bout de la rue Malebranche à deux pas de la Sorbonne.

JPEG - 62.3 ko

Un berger, deux perchés à l’Elysée, documentaire désopilant sur un candidat provincial à l’élection présidentielle française de 2017. Avec deux années de retard, sur fond de gilets jaunes et non plus d’élection présidentielle.

JPEG - 187.7 ko

Spécialisée dans l’architecture, l’archéologie et l’histoire, la librairie Actes Sud, Picard et Epona est située dans la petite rue Séguier, entre la Seine et la rue Saint-André des arts.