Les Amérindiens font leur cinéma
28 septembre 2015 | Anne de Buridan | Voir |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Le Festival du film amérindien revient pour sa sixième édition au cinéma La Clef. Partez à la découverte d’un cinéma pas tout à fait comme les autres.

Bien au delà des clichés, le festival du cinéma amérindien poursuit depuis plusieurs éditions, cette année ce sera la sixième, son travail de découverte d’un des cinémas les plus mal-diffusés au monde, celui des Amérindiens des deux Amériques. Il le fait dans plusieurs villes en France, Nantes, Grenoble, La Turballe, et Paris, dans le Quartier Latin, au cinéma La Clef.

Au delà des clichés, car loin des représentations habituelles, sans passéisme nostalgique, les films présentés, que ce soit des courts ou longs métrages, montrent la modernité des communautés amérindiennes ainsi que les défis actuels auxquels elles sont confrontés.

On ira voir notamment, dans le cadre de la COP 21, le programme "Échos de la terre, perspectives amérindiennes sur le changement climatique" qui abordera l’impact du changement climatique dans les hautes latitudes canadiennes par les Inuits, qui sont les plus confrontés à ces conséquences (accroissement rapide des températures, fonte du pergélisol, transformation et perturbation de la faune et de la flore, etc.)

Un long métrage, Drunktown’s Finest, donnera à voir la dureté de la vie et les interrogations de jeunes Navajo dans une réserve indienne, loin, là encore, des représentations habituelles des Amérindiens dans les films.

Pour se renseigner sur les programmes, c’est ici : www.delaplumealecran.org

Cinéma La Clef
34, rue Daubenton - Paris 5e

delaplumealecran.org



JPEG - 31.5 ko

Pétition du Comité Quartier Latin POUR UN FORFAIT "SPÉCIAL LIVRES" A LA POSTE

JPEG - 64 ko

Sauvons le Cinéma La Clef menacé de fermeture définitive.

PNG - 465.8 ko

Une conférence lundi 5 mars à 18h à la mairie du 6ème évoquera l’histoire étonnante de ce jeu

JPEG - 114.2 ko

L’histoire extraordinaire de Nicolas Ferry racontée par Jean Granat et Evelyne Peyre