La légende de la Tour de Nesle
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Il était une fois, en haut d’une tour, des princesses lascives, qui, après avoir festoyé avec leurs amants, les jetaient dans la Seine.


Alexandre Dumas s’empare de cette légende pour faire une pièce de théâtre, elle sera jouée plus de 800 fois au XIXe siècle ! Il s’agit des trois belles-filles de Philippe le Bel, les princesses de Bourgogne (XIVe siècle). La Tour de Nesle s’élevait au bord de la Seine, au croisement aujourd’hui de la rue Mazarine et du quai de Conti. Instruits de l’affaire, Orsini et Savoisy guettent chaque nuit…

ORSINI,
seul, appuyé contre la fenêtre.
(On entend le tonnerre et l’on voit les éclairs.)

« La belle nuit pour une orgie à la tour ! Le ciel est noir, la pluie tombe, la ville dort, le fleuve grossit comme pour aller au-devant des cadavres… C’est un beau temps pour aimer ; au dehors le bruit de la foudre, au dedans le choc des verres et les baisers et les propos d’amour… Étrange concert où Dieu et Satan font chacun leur partie. – (On entend des éclats de rire.) Riez, jeunes fous, riez donc, moi, j’attends ; vous avez encore une heure à rire et moi une heure à attendre comme j’ai attendu hier, comme j’attendrai demain. Quelle inexorable condition ! parce qu’ils sont entrés ici, il faut qu’ils meurent ! parce que leurs yeux ont vu ce qu’ils ne devaient pas voir, il faut que leurs yeux s’éteignent ! parce que leurs lèvres ont reçu et donné des baisers qu’elles ne devaient ni recevoir ni donner, il faut que leurs lèvres se taisent pour ne se rouvrir, comme accusatrices, que devant le trône de Dieu !… Mais aussi, malheur ! malheur cent fois mérité à ces imprudents qui se lèvent au premier appel d’un amour nocturne ! présomptueux qui croient que cela est une chose toute simple que de venir la nuit par l’orage qui gronde, les yeux bandés, dans cette vieille tour de Nesle pour y trouver trois femmes jeunes et belles, leur dire : Je t’aime, et s’enivrer de vin, de caresses et de voluptés avec elles ! »

La Tour de Nesle, Alexandre Dumas, tableau II, scène 5. 1832.



JPEG - 20.8 ko

Cette pièce de théâtre, jouée au théâtre de la Contrescarpe, retrace le destin singulier de l’écrivain mort en 1914.

PNG - 266.1 ko

La galerie Convergences propose une exposition hommage à la Galerie La Roue, à Guy Resse.

JPEG - 118.9 ko

Figure de l’imprimerie du Quartier Latin, elle a dirigé pendant des années le plus ancien atelier typographique français.

JPEG - 49.4 ko

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé consacre une exposition aux actrices françaises des années 1930-1939 qui ont inspiré réalisateurs et affichistes.