« Das Dorf in Deinem Kopf »
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Lecture musicale à la librairie allemande à propos d’un hameau amazonien !

Les habitants Urubichá, indiens vivant au fin fond de l’Amazonie bolivienne, possèdent un orchestre philharmonique complet qui interprète à merveille Bach, Telemann et Vivaldi. Des musiques laissées en héritage par un groupe de pères jésuites qui, en l’an 1691, partirent dans le Nuevo mundo afin de convertir les « sauvages » à l’aide de musique sacrale, c’est-à-dire celle du baroque européen. Chrétiens, le sont-ils devenus ? Mélomanes assurément !

Le 12 mai 2016, Michael Stührenberg lira en allemand son reportage à ce propos : Le village des Indiens du baroque. Il sera accompagné par Steve Zade à la clarinette. Bach résonnera entre les murs de la librairie allemande en honneur de ce « village oublié ».

Michael Stührenberg vit depuis plus 30 ans à Paris ans, mais les lecteurs de langue allemande le connaissent avant tout comme le « reporter GEO » – ce magazine pour lequel il a en effet voyagé dans le monde entier et qui a publié plus d’une centaine de ses reportages. Dans son dernier livre « Das Dorf in Deinem Kopf » (publié aux éditions Gollenstein et exclusivement en allemand), l’auteur reprend une dizaine de ces grands reportages à propos des villages des quatre coins de la planète.

Pensez à réserver vos places auprès de la librairie, elles sont limitées au nombre de 20 !

Librairie Allemande, 5 rue Frédéric Sauton, 75005 Paris

Prix de billet : 7€ – Location des billets à partir mardi 3 mai 2016 (le nombre de places étant limité à 20 !)



JPEG - 31.5 ko

Pétition du Comité Quartier Latin POUR UN FORFAIT "SPÉCIAL LIVRES" A LA POSTE

JPEG - 114.2 ko

L’histoire extraordinaire de Nicolas Ferry racontée par Jean Granat et Evelyne Peyre

JPEG - 39.4 ko

la librairie Palimpseste

JPEG - 45.2 ko

En passant par rue Saint Jacques...

JPEG - 35.8 ko

11 août « …il fallait civiliser l’homme du côté de l’homme. La tâche est avancée déjà et fait des progrès chaque jour. Mais il faut aussi civiliser l’homme du côté de la nature. Là, tout est à faire. »