Le Flore en 1940
28 janvier 2016 | Claire Jeantet | Histoire | Lire | Feuilleton | En citation |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Le Quartier Latin dans la littérature - n°4 : une plongée dans le Saint-Germain-des-Prés au début de la Seconde Guerre mondiale.

JPEG - 168.8 ko
« En 1940, au Flore, il y avait un poêle, du tabac, du café, un métro qui fonctionnait (tandis que, par exemple, la station Vavin était fermée,
ce qui a contribué au déclin de Montparnasse). »
Les Allemands étaient aussi plus nombreux dans le quartier de Montparnasse.
Ainsi, résistants et intellectuels préféraient se retrouver au Flore, on peut citer, entre autres, Sartre, Beauvoir, Camus, Queneau, Michelle et Boris Vian.
Une liberté toute neuve, Pierre Jouin, Éditions Klincksieck, 1995.

Cliquez éthique, achetez en librairie : annuaire des librairies du Quartier Latin.

© Patras



JPEG - 114.8 ko

Le 14 mars 2014, les cinémas d’art et d’essai du Quartier Latin se retrouvaient autour d’Agnès Varda au Studio des Ursulines.

JPEG - 38.5 ko

Une entrée très discrète, mais, au sous-sol, une véritable caverne d’Ali-Baba : visite de Mundolingua, le musée des langues, du langage et de la linguistique.

JPEG - 39.3 ko

Seul cinéma du quartier Mouffetard, "l’Epée de bois" est parvenu à rester indépendant.

JPEG - 281.2 ko

Ne ratez pas le festival des promenades scientifiques du 9 au 30 juin, parrainé par Axel Kahn, qui réalisera une conférence le 6 juin 2019

JPEG - 40.8 ko

Une exposition, à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, retrace l’histoire du cinéma comique en France et aux Etats-Unis, avant 1925.