Chrétiens d’Orient
27 décembre 2017 | Alain Garabiol | Patrimoine | Exposition | Découvrir | Savoir |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Chrétiens d’Orient : 2000 ans d’Histoire et 300 oeuvres d’un riche patrimoine

Exposition exceptionnelle à l’Institut du monde arabe : pour la première fois, de nombreuses œuvres sont prêtées par les communautés chrétiennes présentes dans le monde arabe : mosaïques, icônes, fresques, manuscrits enluminés...

Les Chrétiens d’Orient, c’est d’abord une histoire souvent compliquée et parfois dramatique, mais c’est aussi un art lié à leur religion.

Le parcours de l’exposition est jalonné de 300 objets parmi lesquels des œuvres patrimoniales majeures dont de nombreux chefs d’œuvre prêtés par les communautés. Parmi celles-ci, les Évangiles de Rabbula- un manuscrit enluminé du 6ème siècle- les premières fresques d’église au 3ème siècle provenant de Douma Europos en Syrie, des mosaïques des premières églises palestiniennes et syriennes, des portraits des premiers moines coptes du 6eme siècle, des sculptures des premiers siècles...

L’exposition, conçue avec les différentes communautés, grâce à l’aide de l’Oeuvre d’ Orient, fait voir ces églises dans la diversité de leurs rites, de leurs traditions, de leurs lieux, de leurs architectures, de leurs représentations iconographiques.

Mais ce patrimoine est aujourd’hui menacé du fait des destructions guerrières et aussi de l’émigration forcée de nombreux Chrétiens orientaux qui veillaient à sa préservation.

Le cinéma est présent avec un extrait du film de Luis Buñuel, "Simon du désert" qui évoque l’histoire d’un Chrétien oriental devenu ermite ; c’est au 3ème siècle que nait le modèle de vie monastique, dans le désert égyptien et au 4ème siècle que le culte des saints prend de l’importance.

Le christianisme, rappelle cette exposition, est né et s’est développé d’abord au Proche-Orient. Mais, à partir du 5ème siècle, les Chrétiens se divisent, surtout en raison de divergences sur la nature humaine et divine du Christ, en plusieurs églises : copte, maronite, arménienne, syriaque, assyro-chaldéenne. Et la conquête arabe du 7ème siècle, va les rendre minoritaires dans leurs pays ; toutefois, si leur statut de "protégés" leur donne un rôle secondaire par rapport aux Musulmans, ils peuvent continuer à pratiquer leur culte et à poursuivre leurs créations architecturales et artistiques. Leur situation s’aggrave au moment des croisades, car ils sont suspectés de connivence avec l’ennemi occidental.

Mais ils se sont toujours adaptés à leur environnement : ainsi, ils ont rapidement adopté la langue arabe dans leurs messes et se sont inspirés de l’art islamique pour certaines de leurs œuvres d’art, tout en jouant, dans certains pays, un rôle politique et social. Au début du 20ème siècle, Chrétiens et Musulmans se sont rapprochés pour promouvoir la Nahda (Renaissance arabe).

Leur histoire s’est compliquée sur le plan religieux en raison de la rupture avec Rome en 1054, rupture accentuée après le sac de Constantinople en 1204 par les Croisés. Mais, à partir du 15eme siècle, le Vatican va renouer avec les Chrétiens d’Orient, et toutes les églises orientales vont alors se diviser entre Catholiques et Orthodoxes, à l’exception des Maronites qui ne se sont jamais séparés de Rome.

Les Chrétiens orientaux ont connu des périodes de persécution, notamment les Arméniens en 1915 dans l’Empire ottoman, mais la période actuelle est la plus inquiétante pour leur avenir au Proche-Orient. Leur nombre a sensiblement diminué : ils sont estimés aujourd’hui à moins de 3% dans les pays du Proche-Orient, et, dans certaines régions, ceux qui restent se sentent menacés.

L’exposition, qui se conclut par des témoignages d’un avenir possible, est un appel à l’acceptation de la diversité comme une richesse, et à la tolérance des religions les unes envers les autres.

Les Chrétiens d’Orient, une histoire tourmentée et un art d’une grande beauté, à découvrir.

*Exposition "Chrétiens d’Orient", à l’Institut du monde arabe, 1, rue des Fossés Saint-Bernard, Paris 5ème, jusqu’au 14 janvier 2018



JPEG - 31.5 ko

Pétition du Comité Quartier Latin POUR UN FORFAIT "SPÉCIAL LIVRES" A LA POSTE

JPEG - 51.7 ko

« Sorcières », revue littéraire, artistique et féministe parue en 1975. Premier numéro : la nourriture

JPEG - 67.5 ko

Créée en 2007, la petite maison d’édition TriArtis, située dans le Quartier latin, vient de publier l’œuvre poétique d’Edmond Rostand.

JPEG - 206.9 ko

Portrait de l’association VSArt, qui propose des activités culturelles pour des personnes en situation de fragilité et d’isolement

JPEG - 30.7 ko

Merveilleux récital des poèmes d’Edmond Rostand, organisé par le Comité Quartier Latin, donné le 19 novembre par le comédien Jacques Mougenot au théâtre Mouffetard devant un nombreux public.