Attention à la fermeture des portes
Vous avez aimé cet article, partagez le !

François Léotard dédicacera son dernier roman, Attention à la fermeture des portes, dans quatre grandes librairies du Quartier Latin.

François Léotard dédicacera son dernier roman dans les librairies suivantes :

le 28 février, 18h à 20h, à la librairie l’Ecume des pages.
le 1er mars, de 18h à 20h, à la librairie L’Oeil écoute
Le 2 mars, de 18h à 20h, à la librairie Pédone.
Le 23 mars, de 18h à 20h, à la librairie Picard et Epona.


Un homme rêve de train. Il est dans un train. Il part. Attention à la fermeture des portes...

Ainsi commence le dernier roman de François Léotard et l’aventure de cet homme qui va le mener à réinventer sa vie de fond en comble. D’abord, pour lui. Pour casser son statut social. Pour changer d’identité. Qu’est-ce que l’identité, sinon, bien souvent les normes, barrières, frontières que l’on érigent en soi ou que l’on n’ose pas franchir ?

Il commence par son nom.

Mais le pays où il vit, lui aussi va changer. On n’en connait ni le nom, ni la géographie. La seule chose à laquelle on assiste, c’est à la mise en place d’un régime de type fascisant et des frontières qui se ferment. Attention à la fermeture des portes...

C’est un roman, où plutôt un conte pour adulte, comme aime à le définir François Léotard, qui interroge sur ce que nous sommes et comment nous réagissons, avec cela, avec ce bagage, au monde qui nous entoure. Un conte écrit, à la fin, avec les feuillets d’une dizaine de carnet intimes en une sorte d’archéologie narrative. Il y a toujours mille façons de voir la même réalité.

Librairie des Editions Pedone, 13 rue Soufflot, 75005 Paris

L’Écume des pages, 174 Bd St Germain, 75006 Paris

Picard et Épona, 18 rue Séguier, 75006 Paris



JPEG - 31.5 ko

Pétition du Comité Quartier Latin POUR UN FORFAIT "SPÉCIAL LIVRES" A LA POSTE

JPEG - 114.2 ko

L’histoire extraordinaire de Nicolas Ferry racontée par Jean Granat et Evelyne Peyre

JPEG - 39.4 ko

la librairie Palimpseste

JPEG - 45.2 ko

En passant par rue Saint Jacques...

JPEG - 35.8 ko

11 août « …il fallait civiliser l’homme du côté de l’homme. La tâche est avancée déjà et fait des progrès chaque jour. Mais il faut aussi civiliser l’homme du côté de la nature. Là, tout est à faire. »