20 ans de films allemands
6 octobre 2015 | Anne de Buridan | Voir |
Vous avez aimé cet article, partagez le !

Le Festival du film allemand qui se tiendra du 7 au 13 octobre 2015 à l’Arlequin fête ses 20 ans.

Organisé par German Films, le Festival du film allemand propose depuis 20 ans une plongée au cœur des créations cinématographiques d’outre-Rhin.

Elser, un héros ordinaire d’Oliver Hirschbiegel, sera présenté en ouverture du festival. L’histoire est celle de Georges Elser, qui tenta, seul, de mettre fin à la guerre, en 1939, en assassinant Hitler.

Menuisier et mécanicien, Souabe d’origine modeste, ami de la Nature et communiste, Elser pensait avoir trouvé le lieu idéal, le Bürgerbräukeller, une brasserie peu surveillée dans laquelle Hitler fêtait, tous les 8 novembre, l’échec de son putsch de 1923. Il prépara son attentat avec soin pendant des mois. Réunissant les éléments nécessaires, explosifs et mécanisme d’horlogerie, mais surtout en creusant une cache, pendant 35 jours, toutes les nuits, dans une colonne à côté de la tribune d’Hitler. La bombe explosa à la minute près. Mais, contrairement à son habitude, Hitler quitta, ce jour là, la brasserie avec plus de 40 minutes d’avance...


Un autre film, un documentaire cette fois, interroge les liens entre la jeunesse allemande d’aujourd’hui et l’histoire de la seconde guerre mondiale à travers un opéra pour enfants, Brundibar, créer par deux tchèques Hans Krasa et Adolf Hoffmeister en 1938, jouer dans le camp de concentration "modèle" de Terezin, et monter à nouveau par des adolescents d’aujourd’hui inscrits au théâtre de la Schaubühne.

De toute évidence, le cinéma allemand ne s’arrête pas aux souvenirs douloureux des années 30, des camps, et de la guerre. Il interroge aussi le présent.

Who I am - Aucun système n’est sûr plonge dans l’univers des pirates informatiques, des luttes sociales, écologiques et économiques à grands coups de bits et de la quête d’identité dans ce monde interlope où un jeune homme introverti et peu enclin à communiquer avec ses semblables se découvre un don pour agir et changer le monde derrière la lumière blafarde de son écran d’ordinateur ou le masque d’un Anonymous. Jusqu’à se rendre compte que le monde virtuel ne l’est... pas.


Dans la même veine, mais 20 ans plus tôt, à l’heure où l’internet n’existait presque pas, dans une Allemagne à peine réunifiée, les jeunes de l’ex-RDA, désœuvrés et désenchantés trouvait un exutoire dans les mouvements néo-nazie et la violence envers les communautés étrangères. On est jeunes. On est forts. nous emmène à Rostock en 1992.

Refuge explore lui aussi l’univers de la jeunesse. Dans les années 60, un jeune adolescent se retrouve dans l’univers carcéral des maisons de redressement.

Rico et Oscar traite de l’amitié improbable entre un enfant maldoué et un surdoué lancés sur les traces d’un kidnappeur d’enfant terrorisant Berlin. Une enquête policière rocambolesque qui commence par la découverte d’une simple nouille.


Toute la programmation du festival est à découvrir ici : www.festivalcineallemand.com

Les infos pratiques sont .

Cinéma L’Arlequin
Tél : 33 1 45 44 28 80
arlequin@lesecransdeparis.fr
76, rue de Rennes, 75006 Paris
M° Saint-Sulpice (ligne 4)
M° Rennes/Sèvres-Babylone (ligne 12)



JPEG - 151.2 ko

Amoureuses des livres et de la littérature ! Passionnés d’histoire et de philosophie ! Le Quartier latin fête le livre.

JPEG - 213.9 ko

Le célèbre Stabat Mater de Pergolèse sera donné à Saint-Séverin, le 9 juin 2017, par de jeunes talents de la musique baroque.

JPEG - 183.9 ko

Pour sa 35e édition, le Marché de la poésie vous donne rendez-vous place Saint Sulpice.

JPEG - 248.4 ko

Compte-rendu de la table ronde organisée à la Mairie du Ve pendant le festival Quartier du Livre.

JPEG - 151.9 ko

Une rencontre autour de l’autrice et peintre suisse, Sylvie Dubal à l’occasion de la diffusion du film qui a été réalisé par Marcel Grodwohl.